Aimer être enceinte

Aimer être enceinte

Si on se connait un peu toi et moi, ou si tu lisais mon ancien blog ou simplement si tu as remonté les articles qui ont migré, tu sauras que je n’ai apprécié être enceinte de mon premier enfant que tardivement.

Avec le recul, j’aurai aimé « aimer » cet état. J’aurai voulu en profiter…

Du coup pour cette seconde grossesse dès le début j’ai voulu profiter… mais comme on ne chasse pas si facilement le naturel je n’ai pas vraiment pu. Rebonjour les vilaines nausées du premier trimestre, vous ne m’aviez vraiment pas manqué.

Bon et puis, la frayeur du premier trimestre un hématome rétro-placentaire, 1 mois d’arrêt de travail à la maison… Bébé va bien mais il fallait rester calme.

Le deuxième trimestre arrive, les nausées, aussi précoces ont elles été, ont décidé de jouer les prolongations (ben oui c’est pas drôle sinon). Puis, elles s’en vont et moi je peux enfin profiter de cette grossesse. Alors on en fait beaucoup, on déménage, on part en voyage, je m’occupe seule la journée d’Arthur lors de notre périple londonien (d’ailleurs je dois absolument vous raconter cela), j’essaie de me donner à fond au bureau pour tout boucler avant le congés mat (je ne compte pas sur patho à ce moment là) puis je commence à fatiguer mais ça passe. On me dit de me reposer un peu… J’avoue que je n’en ai pas vraiment envie mais j’écoute quand même le soir ou le week-end.

Je vous raconterai dans un futur article ce qui s’est passé plus en détail à la fin de ce second trimestre sinon l’article va commencer à être très très long.

Je suis donc arrêtée jusqu’à la fin de ma grossesse à la fin du deuxième trimestre, moi qui voulait à tout prix aller jusqu’au bout et même grignoter un peu de congés anté-natal c’est raté, il faut se reposer.

Le troisième trimestre débute alitée mais comme vous le savez après 15 jours à ne rien faire, je peux enfin me lever et vivre normalement ou presque simplement au ralenti. Les contractions sont toujours présentes mais beaucoup moins, Bébé va bien. Je me balade, je peux regardera tv assise sur mon canapé, faire de la cuisine et préparer la chambre de Bébé L.  Nous aurons même l’occasion de partir en week-end ce qui me semblait impossible il y a encore quelques semaines. Je prépare la chambre, j’achète encore et toujours des petits vêtements même si à chaque fois évidement c’est la dernière fois ^^ Je profite de moments doux avec mon Petit Chou et de moments tendres avec mon amoureux. J’essaie d’imaginer ce bébé L, ressemblera t’il à son frère? Sera t’il blond ou brun? Aura t’il les yeux verts, bleus ou marrons? A un peu plus d’un mois de mon terme j’ai envie que cette parenthèse dure encore. Je ne suis pas pressée d’accoucher. Je me sens en forme même si évidemment il y a les maux de fin de grossesse (les décharges, le mal au dos, les contractions, la fatigue plus rapide, l’impossibilité de fermer seule mes chaussures, les aigreurs et tout ce qui est parfaitement réjouissant) mais j’ai appris que si je m’attarde là dessus finalement je passe à côté du caractère exceptionnel de ce moment. Je préfère garder en tête les petits coups de pied de bébé L quand son papa parle à côté, son futur grand frère ou même quand je raconte l’histoire du soir à Petit Chou. Je préfère m’attarder sur cette fusion et ces moments que je ne vivrai pas 10 fois dans ma vie. Et je l’avoue j’ai envie de profiter de ce que l’on connait déjà et qui est bien rodé… A savoir notre vie à 3 avant le chamboulement de la vie à 4.

Aller je vous laisse, vous risquez de friser l’indigestion sinon… A très vite pour un nouvel article, je vous le promets cette fois.

 

Baby Food #1 : Le risotto au potiron

Baby Food #1 : Le risotto au potiron

Pour cette première édition, je ne vais vous proposer qu’une seule recette, mais pour les posts « Baby Food » suivants je compte faire un regroupement des nouvelles recettes de la semaine si cela vous convient.

L’idée c’est de faire des choses simples, qui changent et qui peuvent convenir aussi bien aux bébés qu’aux parents. Depuis que Baby Boy a eu un an, j’avoue que j’ai de plus en plus envie de le faire manger comme nous et découvrir de nouvelles saveurs et notre vraie cuisine. Je lui fais encore des purées de légumes classiques, il adore ça et en bon petit glouton qu’il est ça a le mérite d’aller vite 😉

On commande un panier de légumes chaque semaine chez Un Goût d’Ici. On trouve cela pratique et ça nous permet d’avoir des légumes qu’on achèterait pas je pense en faisant le marché, ça oblige à sortir un peu des sentiers battus et à varier notre alimentation. Même si j’adore cuisiner, on rentre vite dans une certaine routine quand la semaine on n’a pas le temps. Cette semaine nous avons eu le premier potiron de la saison, je pense qu’on en aura chaque semaine à l’avenir. Il faut savoir que je ne suis pas une grande fan de potiron et que je n’aime pas vraiment la soupe… Donc que faire de ce potiron à part une jolie déco d’automne… On a réfléchit avec mon amoureux et on s’est dit tiens pourquoi pas un Risotto : des féculents et des légumes ça peut être bon à la fois pour nous et Baby Boy.

Photo du risotto au potiron et au parmesan pour parents et enfants

Ingrédients :

  • 500 gr de potiron pelé et épépiné
  • 300 gr de riz arborio (ou riz rond classique)
  • 1 oignon
  • 1 litre de bouillon de légumes ou de poule
  • 20 gr de beurre doux
  • 1 verre de lait demi-écrémé
  • Poivre
  • Parmesan (selon les goûts)

Recette :

  • Commencez par émincer l’oignon et le potiron. Faites fondre le beurre dans une grande sauteuse ou poêle assez contenante. Ajoutez l’oignon émincé et le potiron.
  • Laissez cuire environ 20 min jusqu’à ce que les oignons soient fondants et le potiron ramollit.
  • Versez le riz rond, faites-le revenir 1 à 2 minutes à feu doux. Versez une louche de bouillon, laissez le riz absorber le liquide et répétez l’opération jusqu’à ce que le riz soit cuit.
  • A ce stade là, j’ai prélevé environ 100 gr de potiron cuit et 50 gr de riz pour préparer l’assiette de Baby Boy. Ce n’est pas obligatoire il peut manger le plat tel que à partir du moment où votre bébé gère bien les morceaux. De plus, le risotto est ultra fondant donc il n’y a pas de risque d’étouffement. J’ai ajouté un tour de moulin de poivre et une pincée de parmesan. 
  • Poursuivez la cuisson en ajoutant le verre de lait, le poivre et le parmesan râpé en augmentant le feu.
  • C’est prêt!
  • Le second soir, oui car il y a pas mal de quantité, c’est parfait pour préparer des repas d’avance à bébé et congeler, il a mangé la version lait+parmesan et il a adoré aussi.

Vous pouvez tout à fait diviser les proportions pour faire un plat seul pour votre bébé ou deux. Je vous conseille alors de partir sur une base de 150 gr de potiron et 60 gr de riz dans ce cas là.

Même moi qui n’apprécie pas vraiment le potiron, j’ai adoré ce plat. Si vous le testez n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé.