Tu vas devenir grand frère

Tu vas devenir grand frère

Vacances à londres

Annoncer la naissance du second à son aîné est une vaste question. Aujourd’hui , j’avais envie d’en parler avec vous. Je ne prétends avoir la bonne méthode, les bons mots, mais je voulais vous parler de comment nous avions abordé le sujet tous les 3. Il y a autant de façons de faire que de familles et chacun fait avec son histoire et ce qu’il souhaite mettre derrière cela je pense.

Nous avons appris assez tôt cette deuxième grossesse avec mon mari et nous nous sommes assez rapidement posé la question de comment le dire à Arthur. Un bon point nous étions d’accord tous les deux pour attendre que des signes physiques visibles pour Arthur se manifestent avant de lui en parler (donc pas forcément les nausées de maman… « Mais maman pourquoi tu baves dans les toilettes? »… No comment)

Nous avions décidé d’en parler d’abord à l’équipe éducative de la crèche où Arthur est gardé après la première échographie avec mon mari. Il y a une vraie relation de confiance entre elles et nous et même si nous n’en avions pas parlé à Arthur, cela nous semblait important. En effet les nausées de mamans, les comportements qui peuvent changer sans que l’on s’en rende forcément compte peuvent je pense avoir des incidences sur son quotidien à la crèche. L’une de ses référentes nous a conseillé de lui en parler à présent même si je n’avais toujours pas de ventre à ce moment là. Juste pour ne pas créer d’angoisses superflues de son côté.

Arthur est très réceptif aux livres et aime vraiment qu’on lui raconte des histoires ( j’ai d’ailleurs prévu de vous parler de nos livres favoris dans une rubriques de ce blog), évidemment ni une ni deux nous avons acheté un livre qui parle de la grossesse de maman et de l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur. Même si je ne suis pas fan de ce genre de livres, mon choix s’est rabattu sur un Tchoupi pour aborder le sujet. C’était court, simple et direct finalement.

Deux soirs plus tard, nous rentrons de la crèche et qu’est ce qui nous attend dans la boite à lettres? « Oh un colis maman, c’est pour moi? » (l’enfant est habitué ça se sent ^^) Nous l’ouvrons et nous le lisons immédiatement en rentrant. Par contre j’attends le retour de papa pour aborder le sujet tous les trois.

Le soir, quand vient le moment de l’histoire, évidemment nous racontons de nouveau Tchoupi (Arthur est ainsi un nouveau livre on peut le lire encore encore et encore et plusieurs fois par jour) et là avec son papa nous lui disons « Tu sais Arthur, papa et maman ont quelque chose à te dire, toi aussi tu vas devenir grand frère, il y a un bébé dans le ventre de maman. »

Réaction proche du néant…

On laisse faire, ce n’est pas grave à nos yeux, nous savons qu’il l’a entendu et c’est l’essentiel. Nous partons du principe qu’il n’a pas à se réjouir d’office de cette situation, ni à être intrigué par cela. Il le vit à sa façon et c’est bien le plus important pour nous, respecter cela.

Les semaines passent, mon corps se transforme, à la crèche 3 copains vont aussi devenir grands frères ou grandes soeurs, on sent bien que cela commence à le travailler mais je suis déjà à 5 mois de grossesse environ. Il me dit alors je vais avoir un bébé moi? Je lui dis maman et papa vont avoir un bébé et toi tu auras un petit frère (connaître le sexe ça permet quand même d’être plus pragmatique avec le cerveau des enfants je trouve). Cette idée gamberge. Quand il me demande « Mais il est où mon frère? » je lui réponds « Il est dans mon ventre, les bébés font cela de grandir dans le ventre des mamans pour avoir des forces et être en forme quand ils sortent » Il prend cette information, on passe à autre chose.  Quelques jours plus tard il me dit mais mon bébé il est là? En désignant ma poitrine c’est assez drôle d’ailleurs nous ça nous fait beaucoup rire mais on essaie de garder notre sérieux.

Il commence à parler quelques fois de son bébé, nous le reprenons à chaque fois en lui disant ton petit frère, je ne suis pas certaine du tout que cela soit nécessaire avec le recul. Je pense qu’il se plaçait par rapport aux copains davantage que moi, il est quand même bien jeune pour un Oedipe. J’imagine que quand les gens parlent avec lui du bébé surtout à la crèche on le nomme bébé et non frère ou soeur et j’imagine que ce sont des raccourcis. Mais, nous avons pris cette habitude, et aujourd’hui il se corrige automatiquement.

Un soir en rentrant de la crèche, il a cette phrase adorable « Tu sais maman, à mon frère je vais lui prêter mes jouets. Et tu sais moi je serai toujours grand et lui sera petit donc moi j’aurai un grand dinosaure et lui il aura un petit » Comment en est il arrivé là alors que justement nous n’en parlions que très peu, bonne question mais nous avons là la clé pour que cela se passe bien. Arthur qui a comme tous les enfants une envie irrépressible de grandir, nous lui disons et oui toi tu seras toujours le plus grand car tu es né avant et lui sera ton petit frère.

Nous faisons aussi le choix de ne pas lui mentir en regardant une conférence d’Isabelle Filliozat en ligne un soir. A quoi bon lui dire tu vas voir ça sera génial quand ton frère sera là, vous allez jouer ensemble etc… Alors que c’est absolument faux les premiers temps. Donc nous lui disons quand il nous sollicite que non son frère ne saura pas parler (c’est une question qui le taraude beaucoup) et qu’au début il ne saura pas marcher mais qu’après il saura faire tout cela, que s’il en a envie il pourra lui apprendre. Ici encore je pense que la crèche nous aide beaucoup, Arthur voit des bébés dans leur secteur chaque jour, il aime d’ailleurs aller y faire un tour quand l’opportunité se présente et il sait finalement de lui même qu’un bébé ça boit surtout des biberons, ça ne parle pas, ça pleure pour demander des choses mais que lui il est grand qu’il parle et sait s’exprimer et exprimer ses besoins et surtout que lui peut manger des abricots, des fèves et du chocolat.

Depuis quelques jours, et c’est vraiment récent, il me demande parfois de dire bonne nuit à son frère le soir. Alors il se met devant moi et parle à mon ventre en lui disant bonne nuit petit frère, dors bien.

Aujourd’hui, à quelques semaines de l’accouchement, je n’ai aucune certitude sur si c’était le bon moyen ou pas de lui annoncer. En tout cas c’est ce qui nous semblait le plus adapté à lui et à nous trois. Lui dire, et le laisser venir. Nous avons demandé à notre entourage de respecter aussi cela, de ne pas en faire « des caisses » sur cette grossesse que pour lui et sa notion du temps cela était très abstrait. J’espère qu’on réussira à faire de la naissance un moment doux pour Arthur et à nous laisser porter comme nous l’avons fait sur cette grossesse par ces questions sans rien devancer ni imposer.

Et vous comment avez vous choisi d’annoncer la grossesse de votre second à votre aîné?

Une réflexion sur “Tu vas devenir grand frère

  1. C’est drôle, Gustave aussi croyait que ses frères étaient dans mes seins, pendant longtemps il a montré ma poitrine quand on lui demandait où étaient ses petits frères 😂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s