Aimer être enceinte

Aimer être enceinte

Si on se connait un peu toi et moi, ou si tu lisais mon ancien blog ou simplement si tu as remonté les articles qui ont migré, tu sauras que je n’ai apprécié être enceinte de mon premier enfant que tardivement.

Avec le recul, j’aurai aimé « aimer » cet état. J’aurai voulu en profiter…

Du coup pour cette seconde grossesse dès le début j’ai voulu profiter… mais comme on ne chasse pas si facilement le naturel je n’ai pas vraiment pu. Rebonjour les vilaines nausées du premier trimestre, vous ne m’aviez vraiment pas manqué.

Bon et puis, la frayeur du premier trimestre un hématome rétro-placentaire, 1 mois d’arrêt de travail à la maison… Bébé va bien mais il fallait rester calme.

Le deuxième trimestre arrive, les nausées, aussi précoces ont elles été, ont décidé de jouer les prolongations (ben oui c’est pas drôle sinon). Puis, elles s’en vont et moi je peux enfin profiter de cette grossesse. Alors on en fait beaucoup, on déménage, on part en voyage, je m’occupe seule la journée d’Arthur lors de notre périple londonien (d’ailleurs je dois absolument vous raconter cela), j’essaie de me donner à fond au bureau pour tout boucler avant le congés mat (je ne compte pas sur patho à ce moment là) puis je commence à fatiguer mais ça passe. On me dit de me reposer un peu… J’avoue que je n’en ai pas vraiment envie mais j’écoute quand même le soir ou le week-end.

Je vous raconterai dans un futur article ce qui s’est passé plus en détail à la fin de ce second trimestre sinon l’article va commencer à être très très long.

Je suis donc arrêtée jusqu’à la fin de ma grossesse à la fin du deuxième trimestre, moi qui voulait à tout prix aller jusqu’au bout et même grignoter un peu de congés anté-natal c’est raté, il faut se reposer.

Le troisième trimestre débute alitée mais comme vous le savez après 15 jours à ne rien faire, je peux enfin me lever et vivre normalement ou presque simplement au ralenti. Les contractions sont toujours présentes mais beaucoup moins, Bébé va bien. Je me balade, je peux regardera tv assise sur mon canapé, faire de la cuisine et préparer la chambre de Bébé L.  Nous aurons même l’occasion de partir en week-end ce qui me semblait impossible il y a encore quelques semaines. Je prépare la chambre, j’achète encore et toujours des petits vêtements même si à chaque fois évidement c’est la dernière fois ^^ Je profite de moments doux avec mon Petit Chou et de moments tendres avec mon amoureux. J’essaie d’imaginer ce bébé L, ressemblera t’il à son frère? Sera t’il blond ou brun? Aura t’il les yeux verts, bleus ou marrons? A un peu plus d’un mois de mon terme j’ai envie que cette parenthèse dure encore. Je ne suis pas pressée d’accoucher. Je me sens en forme même si évidemment il y a les maux de fin de grossesse (les décharges, le mal au dos, les contractions, la fatigue plus rapide, l’impossibilité de fermer seule mes chaussures, les aigreurs et tout ce qui est parfaitement réjouissant) mais j’ai appris que si je m’attarde là dessus finalement je passe à côté du caractère exceptionnel de ce moment. Je préfère garder en tête les petits coups de pied de bébé L quand son papa parle à côté, son futur grand frère ou même quand je raconte l’histoire du soir à Petit Chou. Je préfère m’attarder sur cette fusion et ces moments que je ne vivrai pas 10 fois dans ma vie. Et je l’avoue j’ai envie de profiter de ce que l’on connait déjà et qui est bien rodé… A savoir notre vie à 3 avant le chamboulement de la vie à 4.

Aller je vous laisse, vous risquez de friser l’indigestion sinon… A très vite pour un nouvel article, je vous le promets cette fois.

 

2 réflexions sur “Aimer être enceinte

  1. J’ai eu la chance d’avoir des grossesses faciles (à part un diabète gestationnel pour ma 2ème), et j’ai adoré être enceinte, avec tous les maux désagréables que ça comporte. Des fois on s’en plaint, et c’est bien normal car c’est quand même bien chiant parfois – mais comme tu dis, l’idée d’avoir un petit être en devenir qui nous pousse dans le ventre, sentir ses coups et l’imaginer ça n’a pas de prix, construire déjà une relation avec lui alors qu’il n’est même pas au monde, c’est un privilège énorme que j’ai adoré pour ma part.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s